débouter


débouter

débouter [ debute ] v. tr. <conjug. : 1>
XIIIe; deboter « repousser » Xe; de dé- et bouter
Dr. Rejeter par jugement, par arrêt, la demande en justice de (qqn). Le tribunal l'a débouté de sa demande. Débouter un plaideur de son appel. Demandeur débouté. Subst. Les déboutés du droit d'asile.

débouter verbe transitif (de bouter) Rejeter une demande en justice.

débouter
v. tr. DR Déclarer (qqn) mal fondé dans la demande qu'il a faite en justice. Le tribunal a débouté le demandeur de sa prétention.

⇒DÉBOUTER, verbe trans.
A.— Vx. Repousser, jeter dehors, faire sortir, chasser quelqu'un d'un lieu. Nous aurons la fille de votre roi, et tout ce que nous avons demandé avec elle, sinon nous le débouterons de son royaume (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 229).
B.— DR. Rejeter, par décision judiciaire, comme irrecevable ou mal fondé, une demande ou l'exercice d'une voie de recours. Métivier, qui appela de ce jugement, fut débouté de son appel par un arrêt (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 596). L'archevêché (...) les débouta encore une fois de leur opposition et des fins de non-recevoir (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 547) :
LE PRÉSIDENT. — Déclare Alfred mal fondé en sa plainte; l'en déboute et le condamne aux dépens. — L'audience est levée.
COURTELINE, Un Client sérieux, 1897, 3, p. 79.
P. ext. Rejeter la demande, les prétentions de quelqu'un. Le duc d'Orléans avait toujours tendu à priver et débouter le roi et ses enfants de leur couronne (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 3, 1821-24, p. 45).
P. métaph. La synthèse des deux séries de témoignages patristiques déboute de leurs prétentions les agnostiques purs (Théol. cath. t. 4, 1, 1920, p. 1025).
Rem. Les dict. gén. enregistrent le part. passé débouté employé comme subst. masc. Jugement ou arrêt rejetant une demande ou l'exercice d'une voie de recours. Débouté d'opposition (Lar. 19e-Lar. Lang. fr., LITTRÉ, ROB.).
Prononc. et Orth. :[debute], (je) déboute [debut]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1re moitié XIIe s. « repousser, chasser » (Psautier d'Oxford, LIX, 1 ds T.-L. [repulisti nos]); spéc. dr. a) 1283 « écarter, exclure » (PH. DE BEAUMANOIR, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, V, 177, 187); 1690 part. passé substantivé debouté de deffenses (FUR.); b) 1549 estre débouté de sa demande (EST.); 1811 part. passé subst. (MOZIN-BIBER). Dér. de bouter; préf. dé-. Fréq. abs. littér. :23 (débouté : 14).

débouter [debute] v. tr.
ÉTYM. 1549; « repousser, chasser », XIIe; de 2. dé-, et bouter.
Dr. Rejeter par jugement, par arrêt, la prétention de (un demandeur). || Débouter un demandeur. || Débouter qqn de sa demande. || Le tribunal l'a débouté de sa demande. || Débouter un plaideur de son appel.
DÉR. Débouté, déboutement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • debouter — Debouter, c est de mot à mot, bouter hors de quelque lieu, chose ou pretente, Comme debouter le juge du siege, Debouter un homme de sa negotiation, Debouter un poursuivant de sa poursuite, Depellere. Debouter aussi est ce qu on dit renvoyer bien… …   Thresor de la langue françoyse

  • débouter — DÉBOUTER.verb. act. Terme de Pratique. Déclarer par Sentence, par Arrêt, que quelqu un est déchu de la demande qu il a faite en Justice. Il a été débouté de sa demande, de son opposition, de ses prétentions. Les Arrêts portent: La Cour l a… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • debouter — Debouter. v. a. Declarer par Sentence, par Arrest que quelqu un est descheu de la demande qu il a faite en justice. Il a esté debouté de sa demande. les Arrests portent, Nous l avons debouté & deboutons. C est un terme de pratique …   Dictionnaire de l'Académie française

  • débouter — (dé bou té) v. a. Terme de procédure. Déclarer par arrêt une personne déchue d une demande. Le tribunal l a débouté de sa demande. HISTORIQUE    XIIe s. •   Mielz valt fiz à vilain qui est prouz e senez, Que ne fait gentilz huem failliz e debutez …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉBOUTER — v. a. T. de Procédure. Déclarer par jugement, par arrêt, qu une personne est déchue de la demande qu elle a faite en justice. Il a été débouté de sa demande, de son opposition, de ses prétentions. DÉBOUTÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DÉBOUTER — v. tr. T. de Procédure Déclarer par jugement, par arrêt, qu’une personne est déchue de la demande qu’elle a faite en justice. Il a été débouté de son opposition, de ses prétentions …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • déboutement — [ debutmɑ̃ ] n. m. • 1846; de débouter ♦ Dr. Action de rejeter la demande (de qqn). ● déboutement nom masculin Action de débouter. déboutement [debutmɑ̃] n. m. ÉTYM. 1846; de débouter. ❖ …   Encyclopédie Universelle

  • démettre — 1. démettre [ demɛtr ] v. tr. <conjug. : 56> • 1538; « ôter, emporter » XIIIe; de dé et mettre ♦ Déplacer (un os, une articulation). ⇒ disloquer, luxer; fam. démancher. « Il lui a démis le poignet » (Mme de Sévigné). Elle s est démis l… …   Encyclopédie Universelle

  • débouté — [ debute ] n. m. • 1690; p. p. subst. de débouter ♦ Dr. Acte par lequel un plaideur est déclaré mal fondé en sa demande. ⇒ 2. rejet. ● débouté nom masculin Jugement rejetant une demande en justice. ● débouté, déboutée nom Partie à un procès dont… …   Encyclopédie Universelle

  • forclore — [ fɔrklɔr ] v. tr. <conjug. : 45; surtout inf. et p. p.> • 1120; de fors et clore 1 ♦ Vx Exclure. N est ce pas « l enfer de connaître le lieu du repos, d en savoir le chemin, la porte, et de rester forclos ? » (A. Gide). 2 ♦ Dr. Priver du… …   Encyclopédie Universelle